Jurassic Park 3 - les raisons d'un échec

La majorité des spectateurs s'accorde à considérer que Jurassic Park /// est l'épisode le moins réussi de la saga Jurassic Park (ndlr : dossier rédigé en 2013 ... ), souhaitons qu'il le restera. Mais les raisons de cet échec restent encore aujourd'hui assez obscures. Scénarii remaniés, accidents de tournage, nous avons rassemblé diverses informations pour tenter d'y voir plus clair. Les éléments sur lesquels nous nous basons sont issus d'interviews, d'articles et d'archives de sites de fans datant de l'époque du tournage. Il est difficile d'en déterminer la "véracité".

 

Genèse du projet

Suite au succès du deuxième film, la décision fut rapidement prise de mettre en chantier un troisième épisode. Michael Crichton n'ayant pas l'intention d'écrire un nouveau roman et bien qu'il restait de nombreux chapitres non exploités à l'écran, l'équipe dût faire face à une problématique nouvelle sur la franchise: trouver une trame directrice pour un nouveau film sans se baser sur un matériel original. L'idée de repartir de la bombe de mousse à raser, pourtant placée là à l'origine pour introduire une suite, ne faisait plus partie des plans de l'équipe de production. Crichton ayant rapidement abandonné son poste de consultant pour cause de désaccords artistiques, il a fallu que la production s'oriente vers de nouveaux auteurs et donc de nouvelles idées.

Joe Johnston est arrivé sur le projet en mai 1999. Alors qu'il s'était déjà porté candidat pour réaliser Le Monde Perdu 4 ans plus tôt, il prend pourtant les rênes du troisième film sans avoir d'idée concrète de scénario. Ses seules ambitions étaient de faire un film plus indépendant, sans réel impact sur la saga et avec des reptiles volants. Peu après sa nomination, il déclara dans une interview : "Je suis très heureux de cette mission... Il y aura beaucoup d'effets spéciaux mais le plus important pour moi est l'histoire qui est la clé pour un bon film. Steven Spielberg m'a donné carte blanche, il a dit que je pouvais faire mon propre film, bien que l'histoire soit une de ses idées (voir par ailleurs). Il a fortement souligné que je ne devais pas essayer de le copier. (...) J'ai adoré les deux premiers films et bien que le public va comparer mon film avec les siens, cela ne me fait pas peur du tout."

Malgré son enthousiame, l'absence de véritable concept s'est ressentie tout au long du développement du film, avec beaucoup de changements total de scénario et de réécritures.

 

Une écriture compliquée

Le premier scénariste annoncé sur le projet en août 1999 fut Craig Rosenberg qui était chargé de développer l'idée originale de Spielberg. Il fut le premier d'une longue liste de 9 scénaristes à se succéder, preuve qu'il a été très difficile d'écrire une histoire satisfaisante (pour les producteurs). On y trouve William Goldman, Tony Gilroy, Jonathan Hensleigh, Peter Buchman, Alexander Payne, Jim Taylor, Tom Perrotta et John August.

Lors d'une interview en 2011 sur le site Ecran Large, Alexander Payne a brièvement évoqué son expérience sur Jurassic Park 3 et les circonstances dans lesquelles il a été contacté pour travailler sur le projet:

 


Il explique qu'il a été appelé en tant que script doctor pour travailler le liant entre les scènes d'actions déjà prévues et donner un peu plus de consistance aux personnages. C'est le cas typique du film pour lequel le studio est plus focalisé sur la date de sortie que sur le processus créatif. Au final son travail, intervenu déjà très tardivement a encore été beaucoup remanié. Selon lui, si JP/// est le moins bon des trois films c'est parce qu'il n'a pas été réalisé par Spielberg.

Récemment William H. Macy a donné son avis sur le script qu'avait écrit Alexander Payne: "C'était déconcertant. Je n'ai pas tout lu mais c'était inutilisable. C'était aberrant de fournir un tel script à ce moment là. Pour filmer ça, l'équipe technique aurait dû bosser dessus pendant des mois avant. Cela ne pouvait pas se faire. On leur avait demandé d'étoffer une structure scénaristique existante et ils ont pondu une toute nouvelle histoire..."

Ce total de neuf scénaristes est confirmé par l'acteur. Johnston abaisse cependant rapidement le nombre à 5, puis à 3 (Buchman, Taylor, Payne) après avoir invalidé le travail des autres. Une rumeur non vérifiée à l'époque faisait même état d'une réécriture quotidienne des scènes par les acteurs, notamment Sam Neill et William H Macy.

Autant de scénaristes implique que l'intrigue du film ait été mainte fois remaniée, si ce n'est repartie d'une feuille blanche à plusieurs reprises. Petit florilège des scénarii évoqués à l'époque :

On constate que petit à petit on se dirige vers le film que l'on connait mais le chemin a été très compliqué. Au final c'est bien le dernier point qui a été retenu, bien qu'une bonne partie du scénario ait été mis à la poubelle (5 semaines après le début du tournag, selon Johnston dans le making-of du film) pour des contraintes de temps (le film constituait le fer de lance de Universal pour l'été 2001 et le studio refusait de repousser la sortie) et de budget. De longues séquences devaient se dérouler sur le continent mais seule la partie sur l'île a été gardée - et remaniée - expliquant la durée relativement courte du film.

A un certain point, la famille Kirby s'appelait la famille Roby et le prénom du fils était Miles. Billy était même un forcené évadé de prison qui abattait des membres de l'équipe sur place (notamment Nash qui se retrouvait avec 3 balles dans la tête) ...

Enfin, la rumeur veut que Jeff Goldblum devait faire une apparition dans le film, mais blessé à la jambe quelques jours avant le tournage il aurait renoncé.

 

Jurassic Park 3 : Extinction ?

On sait  également qu'on est passé du titre Jurassic Park Extinction à Jurassic Park 3, grâce aux concepts d'affiches visibles dans les bonus DVD. Il semblerait que ce working title témoigne d'un concept fort, avec un travail de fond, qui ait émergé avant que celui-ci ne change complètement.

Un autre élément concret symptomatique de cela : les réservations de noms de domaine effectués par Universal au cours de la phase de préproduction du film : jurassicparkstore.com (23 novembre 1999) ; jurassicparkdinos.com (15 décembre 1999) ; jurassicparkextinction.com (16 décembre 1999) ; jurassicparkinstitute.com (16 décembre 1999) ; jurassicparkembryo.net (29 décembre 1999) ; jurassicpark-embryo.com (29 décembre 1999).

C'est seulement le 7 mai 2000 que le domaine jurassicpark3.com a été acheté, preuve une fois de plus qu'il y a eu l'intention de créer un film avec une identité forte avant de revenir à quelque chose de plus conventionnel.

Mais rien dans les scénarii que l'on connait n'implique la notion d'extinction  associée à une histoire ayant beaucoup plus d'envergure et d'impact sur la saga que ce que Johnston envisageait au départ. On ne connaît donc pas la trame qui se cachait derrière ce titre mais des indices permettent d'avancer quelques hypothèses.

En septembre 2000 dans un magazine australien, Sam Neill déclara : "J'ai d'abord refusé de jouer dans JP3 car le script était mauvais. Après, ils ont repris leur travail et j'ai signé. Le film se situe en fait avant The Lost World mais après Jurassic Park. Il semble donc que ce soit une préquelle, je crois." Ce qui suit relève de la pure spéculation mais en associant cette idée de préquelle au concept d' Extinction vu sur les affiches , on pourrait avancer que cette histoire avait bien un réel impact sur la saga. Cet épisode 1.5 aurait-il évoqué  "l'extinction" de l'homme sur le Site B? Autrement dit, la façon dont les dinosaures auraient pris le pouvoir sur cette île après avoir déjà envahi la première? Si c'était le cas, il y aurait eu une cohérence certaine dans la chronologie des titres : Jurassic Park, Jurassic Park Extinction et Le Monde Perdu évoquant  l'effacement de l'homme et la progression des animaux vers la liberté. Le discours de John Hammond à la fin du Monde Perdu aurait alors pris une résonnance particulière et aurait été fort à propos pour marquer la fin de la saga ...

Une autre ébauche d'explication se trouve dans le bonus DVD où Jack Horner, le paléontologue consultant sur tous les films, raconte comment le spinosaure a été choisi comme nouveau prédateur. Il explique qu'ils recherchaient un dinosaure qui pouvait causer l'extinction des autres espèces de l'île (dont l'homme ?). Il est évident que l'introduction d'un nouveau grand dinosaure carnivore a été faite dans un souci de nouveauté, voire de surenchère, mais il aurait pu être un élément déterminant dans le script Extinction.

Il faut savoir que le spinosaure était en concurrence avec le baryonyx et le carnotaure (le cératosaure qu'on voit furtivement dans JP3 en est d'ailleurs une version modifiée du travail d'ILM). Un logo "primitif" du film arbore d'ailleurs le squelette du baryonyx.

 

Un tournage cauchemardesque

Au côté des errements scénaristiques, le tournage a été émaillé de plusieurs accidents. Dès le premier jour, sur les prises de vue de la scène du parapente derrière le bateau, un cascadeur s'est retrouvé piégé sous l'eau et a dû être hospitalisé. Une barge transportant 150 000 $ de matériel d'éclairage s'est même renversée dans une rivière. Le tournage sur l'île de Kauai tel qu'il était initialement prévu en septembre 2000 n'a duré que 10 jours et l'équipe a dû revenir en janvier tourner des scènes complémentaires.

Face au déroulement de la préproduction et du tournage, Spielberg et Johnston avaient menacé de se retirer du projet mais la productrice Kathleen Kennedy les a finalement convaincu de rester.

Stacey Snider, PDG de DreamWorks, a évoqué dans un entretien avec The Hollywood Reporter en 2013 comment Kathleen Kennedy avait selon elle géré la crise du tournage de Jurassic Park /// qui était commencé depuis plusieurs semaines et avait déjà englouti 18 millions de dollars. "J'étais à New York et mon téléphone a sonné au moment où je commençais à traverser une rue. C'était Kathleen, et elle me dit 'Steven [Spielberg] et Joe [Johnston] sont mécontents du script. On va devoir arrêter les frais.' Et le temps que je me retrouve sur le trottoir d'en face, elle m'avait expliqué quel était son plan pour rentabiliser les 18 millions de dollars, retravailler le scénario et recommencer le film. On était passé d'un extrême à l'autre - quelque chose de terrible était arrivé et elle avait la solution."

En parallèle du tournage, le compositeur Don Davis n'était pas très satisfait des demandes de la production. Il devait écrire la musique des scènes qu'on lui envoyait mais celles-çi n'étaient jamais définitives et il ne savait même pas de quoi le film parlait exactement. Néanmoins, il s'est centré sur l'idée qu'il y avait comme base deux thèmes récurrents : celui de la saga à retravailler et celui des Kirby, qualifié par lui-même de niais dans une interview de l'époque.

 

Du point de vue des acteurs

William H. Macy a été celui qui s'est le plus ouvertement exprimé sur la façon dont s'est déroulé le tournage. Il s'est notamment plaint de l'absence de Spielberg : « il y a une chaise avec son nom dessus, on ne sait pas trop si c'est une menace ou une promesse ». L'acteur s'est même permis une déclaration violente :  "Qui a lancé un navire à 100 millions de dollars sans gouvernail ? Et qui devra rendre des comptes pour ça ? C'est comme ça que ça se passe avec ce genre de films. Je pense que quelqu'un devrait être viré, mais ce n'est pas moi qui décide." Il avait précisé notamment que "le script est réécrit au fil de l'eau"...

A noter qu'il reviendra sur ces propos quelques mois plus tard, probablement pour des raisons promotionnelles : "C'était un grand moment. Je n'ai jamais dit que j'étais mécontent du tournage du film. Joe Johnston est un mec génial. J'ai été sur quelques grands films et celui-ci est mon préféré." 

En 2002, Alessandro Nivola a déclaré au site IGN qu'il espérait ne pas être dans Jurassic Park 4 (il y est contractuellement rattaché). "[JP3] était une expérience très pénible. C'est le seul rôle de ma carrière pour lequel je n'avais aucune matière pour construire mon personnage. C'était exaspérant. C'est Sam Neill qui m'a aidé à tenir, parce qu'il jouait du ukulélé et on pouvait se poser dans une caravane et jouer des chansons des Beach Boys. S'il n'y avait pas eu ça j'aurais pété un plomb."

Sam Neill justement ne s'est pas exprimé sur le sujet mais a adressé un petit clin d'oeil à travers le t-shirt qu'il a offert à la fin du tournage. Celui-ci montre l'équipe de production en mauvaise posture face à un T-rex personifiant les dérives du tournage. Les dialogues des personnages représentés sur le T-shirt sont plus qu'explicites :

 

Sam Neill (acteur) : Bouffe-les Freddy !

Larry J. Franco (producteur) : Fuyez ! Le budget a explosé !

Joe Johnston (réalisateur) : Il est en train de manger le scénario numéro 17 !

Shelly Johnson (directeur photo) : On fait la course pour le déjeuner !

 

Tea Leoni a elle aussi offert un cadeau de fin de tournage : un pendentif sur lequel était gravé "vous êtes la meilleure équipe de tournage de toute ma vie !". Une phrase ironique ?

 

Conclusion

Avec un développement très instable et une équipe de production plus attirée par la rentabilité que par la qualité, il n'est pas surprenant que Jurassic Park III soit le moins bon film de la saga. Joe Johnston n'est assurément pas le seul coupable, Steven Spielberg a également sa part de responsabilité pour s'être peu impliqué dans le développement du troisième opus de sa franchise.

Fort heureusement, les leçons semblent être retenues pour Jurassic World. Spielberg semble plus impliqué dans le projet et Universal a accepté de décaler d'un an la date de sortie pour l'écriture d'un scénario qu'on nous promet cette fois solide...

Ce contenu vous a intéressé? Partagez-le :


Votre avis sur cette page