Résumé complet du film

Incident sur Isla Nublar

Il fait nuit. Une lumière bleutée éclaire les arbres agités par le vent. Soudain, les branches sont secouées plus violemment, et tandis qu’une voix crie « Reculez ! Reculez », un chariot élévateur portant une grosse cage en acier apparaît entre les arbres. Nous sommes sur Isla Nublar, à 120 miles à l’Ouest, au large du Costa Rica.

Des ouvriers observent la scène, ils portent des combinaisons sombres et des casques rouges arborant un logo qui représente un squelette de tyrannosaure surmontant une inscription : JURASSIC PARK. Parmi eux, un homme vêtu d’une chemise et d’un short beige et portant un chapeau, semble diriger les opérations.

Tous sont armés d’aiguillons électriques, tandis que l’homme au chapeau de brousse tient un fusil à pompe. Le chariot passe devant eux et dépose la cage sur une plate-forme surélevée, éclairée par de grands projecteurs émettant une forte lumière blanche, où d’autres hommes sont déjà en place.L’homme au chapeau fait signe à une équipe d’avancer pour pousser la cage vers une ouverture au bout de la plate-forme. Un grognement se fait entendre provenant de l’intérieur de la cage et quelques hommes, surpris, reculent. Dominant leur appréhension, les hommes poussent la cage vers l’ouverture dont les dimensions correspondent exactement à la taille de celle-ci. Lorsqu'elles entrent en contact, une lumière sur le côté de l’ouverture, passe du rouge à l’orange puis au vert, indiquant que la cage est verrouillée et que tout est sécurisé.

L’homme au chapeau appelle le préposé à la porte, un dénommé Joffrey, qui monte sur la cage et commence à soulever la grille qui enferme l’animal. Mais ce dernier donne un violent coup dans la cage, qui recule alors que la lumière indiquant le verrouillage est toujours verte. Joffrey, déséquilibré par le coup, bascule en arrière, roule et tombe de la cage. Des hommes se précipitent pour retenir la cage qui continue à reculer, mais sont éjectés par le poids de celle-ci. A ce moment, la lumière passe au rouge. Joffrey, étourdi par sa chute, n’a pas le temps de se relever, il est attiré à l’intérieur de la cage. Les hommes armés se précipitent et tirent à l’intérieur pour abattre la bête qui s’acharne sur le pauvre Joffrey retenu tant bien que mal par l’homme au chapeau, pour ne pas être entrainé par l’animal. A travers les barreaux, l’animal fixe des yeux le garde chasse qui soutient son regard en criant à ses hommes « Abattez-la ! ».
Mais ceux-ci ont beau s’acharner, la bête ne lâche pas prise, et l’homme au chapeau regarde impuissant, la main de Joffrey glisser des siennes au milieu du vacarme des coups de feu.

Un simple moustique

Alors que le vacarme de la scène s'estompe, l'image se fond sur le reflet d'un homme en costume cravate, portant un attaché-case qui traverse la rivière sur un radeau tiré par 3 hommes qui l’attendent sur la rive.

Un autre homme, moustachu, de type sud-américain, avec un chapeau dans les mains le regarde et dit avec un sourire en coin « Ha puesto mil pesos que se calle ! » (Je parie mille pesos qu’il tombe), avant de tendre la main pour aider l’avocat à descendre du radeau et rejoindre la rive en marchant sur une planche. L’homme a perdu son pari, l’avocat n’est pas tombé. Une discussion commence alors, l’homme au costume s’étonne qu’un certain Hammond ne soit pas là. Il dit que la famille de l’ouvrier (Joffrey) réclame 20 millions de dollars de dommages et intérêts. Il s’arrête de parler car il vient de glisser et de s’étaler par terre. L’homme à la moustache l’aide à se relever, il a finalement gagné ses mille pesos.
L’avocat reprend, en marchant avec précaution :
«- Les assureurs doutent de la sécurité du Parc et les actionnaires sont inquiets, ils demandent une inspection.
-Hammond déteste les inspections, répond l’autre, elles ralentissent tout.
-S’ils coupent les crédits ça le ralentira encore plus. »
Un ouvrier sort de la mine et vient chercher l’homme au chapeau. Ils pénètrent dans une galerie sombre, étayée par des poutres, auxquelles l’avocat se cogne la tête. Des hommes piochent dans les murs, cherchant de l’ambre.
« Si deux experts donnent leur aval sur l’île, les assureurs lâcheront prise. J’ai déjà Ian Malcolm mais ils le trouvent trop excentrique, ils veulent Alan Grant . »
Ils arrivent près d’une meuleuse. Un ouvrier tend un morceau d’ambre au moustachu.
«- Grant ! Vous ne lui ferez pas quitter le Montana.
-Pourquoi ? »

L’homme regarde le morceau d’ambre qu’il tient dans la main, « Mas luz ! » (plus de lumière !). Il enlève son chapeau « He muchachos ha tiene mas luz ! » Tous les ouvriers s’arrêtent de travailler et s’approchent de l’homme, qui s’est accroupi.
« Pourquoi ? » reprend l’avocat.
L’homme lève le morceau d’ambre afin qu’il soit dans la lumière.
« Parce que Grant est comme moi, c’est un fouilleur. »
Un sourire de satisfaction se dessine sur son visage, un moustique est prisonnier dans l’ambre.
« Que lindo eres ! » (Comme tu es beau(?))

Les fouilleurs

Une main gratte le sol à l’aide d’un pinceau et dégage un os, on voit petit a petit apparaître des vertèbres, des dents, un crâne. La caméra s’élève et montre plusieurs personnes à genoux dégageant avec précaution un squelette de dinosaure prisonnier depuis des millions d’années dans le sol sableux des Badlands près de Snakewater dans le Montana.
Un voix s’élève venant d’un homme en contrebas de l’endroit ou est le squelette : « Professeur Grant, Professeur Sattler, on est prêts à réessayer. »
Un homme et une femme parmi ceux qui s’occupaient du fossile, se relèvent. L’homme, portant une chemise à carreaux rouges et noirs ainsi qu’un chapeau et des lunettes de soleil, dit en soupirant « Je hais les ordinateurs ». La femme vêtue entièrement de jean délavé et portant également des lunettes et un chapeau de brousse, lui répond en lui nouant un foulard rouge autour du coup « C’est réciproque ».
Deux hommes sont debout sur une machine et l’un d’entre eux enfonce un cartouche dans un tube verticale. On entend une explosion quand la sonde radar s’enfonce dans le sol et la machine et secouée. L’homme et la femme, Alan Grant et Ellie Sattler, se dirigent vers un ordinateur installé sous une bâche pour le protéger de la chaleur, des touristes se rapprochent pour voir ce qui se passe.
« Ce nouveau programme est incroyable, dans quelques années on n’aura même plus besoin de creuser » dit un homme assis devant le pc en allumant l’écran.
« Où sera le plaisir alors ? » rétorque Grant.
Ellie reconnaît un vélociraptor sur l’écran qui reçoit les images radars envoyées par la sonde.
Alan confirme et pour souligner un détail, touche l’écran qui se brouille.
« Qu’est-ce que vous avez fait ? » demande l’homme du pc.
« Il l’a touché » ,répond Ellie, « Le Professeur Grant a une incompatibilité avec les machines. »
Alan pose sa main sur le dessus du pc et la même chose se produit.
« Regardez ces petits os en demi-lune… » et il énumère plusieurs caractéristiques du squelette « Pas étonnant que ces loustics aient appris à voler » conclut-il.

Des rires étouffés se font entendre dans l’assistance. Alan se retourne, Ellie s’écarte, sourire en coin.

« Non sérieusement » dit le paléontologue « Peut-être que les dinosaures ont plus de choses en commun avec les oiseaux qu’avec les reptiles. » il compare certains points communs, les os pubiens, les vertèbres. « Et même le mot raptor veut dire oiseau de proie. »

« Ca n’a pas l’air très effrayant » fait une voix.

Grant se retourne et les badauds s’écartent pour laisser apparaître un jeune garçon vêtu d’un polo rayé et d’une casquette.

« C’est juste comme… une grosse dinde. »
« Une dinde… »
« Oh non… » fait Ellie

Alan s’avance vers le garçon et lui fait une démonstration d’une attaque de raptor particulièrement impressionnante en utilisant une griffe fossile pour l’effrayer. Alan et Ellie remontent ensuite vers le squelette dégagé. Elle lui fait des reproches sur la façon dont il a fait peur au gamin et ils se lancent dans une discussion apparemment récurrente sur le fait d’avoir des enfants.
Soudain un hélicoptère arrive et soulève le sable qui menace de recouvrir les ossements. Tous les gens du chantier se précipitent pour les protéger avec des couvertures.
Grant se dirige vers l’hélico et fait signe au pilote de couper le moteur. Celui-ci lui montre du doigt une caravane, lui indiquant que quelqu’un se trouve à l’intérieur. Alan se part en courant voir ce qu’il en est.

Grant entre furieux dans la caravane "mais qu'est ce que vous foutez là?"

Un vieil homme se trouve accroupis devant un frigidaire, une bouteille de champagne à la main.
Grant réplique: "on l'avait mise de coté!" pour aujourd'hui ça je peux vous l'assurer, rétorque le vieil homme!
Le paléontologiste est sur les nerfs "Nom de Dieu! pour qui vous prenez vous??"

"John Hammond" répond l'homme fiert de lui.

Grant devient pâle "vous êtes..John Hammond?"

Oui, répond le vieillard et je vois que mes 50 000 $ par ans ont été bien dépensés.
Soudain la porte du véhicule s'ouvre "BON ALORS QUI EST CE CON?" C'est Ellie qui vient d'entrer en fanfare. Grant gêné tente de rattraper l'erreur de sa compagne "Heu voici notre paléobotaniste, le professeur Sattler ... Ellie, John Hammond". C'est alors qu'Ellie comprend son erreur "J'ai dit con?"

Comme si de rien n'était, John sert le champagne à tout le monde..."J'irai droit au but vous me plaisez tous les deux...Je possède une île au large du Costa Rica, j'ai passé mes 5 dernières années à la création d'une sorte de réserve biologique,une vrai réussite! Nous ouvrons l'année prochaine enfin si les avocats n'ont pas ma peau avant...Mais mes investisseurs insistent pour avoir un avis extérieur, le votre pour mettre les point sur les i,alors si je pouvais vous convaincre de venir passé le week-end sur mon île et que vous approuviez mon projet,je finirais plus vite... »
Grant se dépêche de répondre "c'est une pèriode de l'année, vous savez..." Immédiatement Hammond rétorque "je serais prêt à financer vos fouilles pour les 3 prochaines années"
C'est décidé le couple ne peut refuser une telle offre! En route pour l'aventure.

 

Commentaire :

Difficile, quand on connait le contexte dans lequel la production du film a été lancée, de ne pas voir dans la proposition d'Hammond un écho au chantage qu'Universal fit à Spielberg et qui le conduisit à accepter de réaliser Jurassic Park en échange du financement de la Liste de Schindler.

 

Espionnage industriel

San Jose Costa Rica...
Un homme coiffé d'un chapeau et d'une paire de lunette sort d'une voiture en direction d'un restaurant terrasse.

"Dodgson!" un gros bonhomme assis à une table fait signe de venir le rejoindre, il s'agit de Denis Nedry.

L'homme est énervé "Ne dites pas mon nom."

Bon explique dodgson "50 000 $ 100 000 de plus à la livraison pour chaque embryon soit 100500000$ mais il nous faut des embryons viables"

Nedry excité par la vue de l'argent répond: ne vous en faites pas je les ai aurai toutes! mais comment voulez vous que je les transporte?

Dodgson sort de son sac un flacon de mousse à raser "Le fond s'enlève en se dévissant,il y a un compartiment réfrigéré,les embryon devront être livrés à San Jose dans 48H,mais dites moi comment allez vous faire pour tromper la surveillance?"
Nedry répond:"Ne vous en faites pas j'ai un créneau de 18 minutes pour tout faire,18 minutes et votre firme gagne plus de 10 ans de recherche."

Le serveur revient et pose la note sur la table. Nedry regarde Dodgson et lui dit d'un ton sans équivoque "Soyez pas radin avec moi Dodgson, Hammond a déjà fait les frais."

Trajet vers l'ile

Un hélicoptère survole l'océan Pacifique...
"Alors vous deux vous déterrez les dinosaures? interroge le professeur Malcolm.
Grant, blasé, répond: "On essaie.."
Soudain Malcolm se met à rire comme si c'était la chose la plus drôle qu'il ait entendu.
"Il faudra vous habituer au cynisme du professeur Ian Malcolm, il souffre d'un déplorable excès de personnalité surtout pour un mathématicien..."
"Chaoticien rectifie Malcolm, John n'adhère pas la théorie du chaos, surtout en ce qui concerne son petit projet scientifique...
"Quelle ânerie Ian répond Hammond"
Malcolm se tourne une nouvelle fois vers les deux paléontologistes "Vous avez déjà entendu parler de la théorie du chaos? Le couple tourne la tête de droite à gauche... Et les attractions anormales? Professeur Sattler je ne peux pas croire que vous ne soyez pas familiarisée avec le concept de l'attraction" Ellie génée se tourne vers Grant.
Soudain Hammond s'esclame:"ON ARRIVE!"
L'hélicoptère survole l'île, balloté par le vent et se pose au pied d'une cascade. A la sortie de l'engin deux jeeps marquées du logo Jurassic Park viennent chercher les visiteurs...

 

Commentaire :

La scène, a priori anecdotique, montrant Grant embarassé par sa ceinture de sécurité sous l'oeil moqueur de Malcolm peut-être vue comme la première illustration de la rivalité sous-jacente entre les deux scientifiques. Mais c'est surtout un signe précurseur, la métaphore d'une faille dans le rêve de John Hammond :  Grant parvient à assembler deux embouts "femelles".  En effet, plus tard dans le film, le paléontologue découvrira que les dinosaures se reproduisent même si ce sont tous des femelles.


Les deux véhicules passent par une entrée aménagée dans une clôture d’environ 5 mètres de haut portant des panneaux indiquant « 10000 volts ». Grant et Malcolm étonnés se retournent et voient des employés refermer les portes qui se verrouillent automatiquement.
Dans l’autre voiture, Hammond et Gennaro discutent de la sécurité du parc. L’avocat fait l’inventaire de tous les dispositifs prévus et demandent s’ils sont en place. Hammond lui répond que oui et ajoute :
« - Détendez-vous et profitez de la visite.
- Que les choses soient bien claires John, ce n’est pas un week-end de détente, c’est une enquête de fiabilité. Vos actionnaires sont inquiets, s’ils ne sont pas satisfaits, je ne serai pas satisfait. Je vous ferai fermer John.
- Dans 48 heures c’est vous qui viendrez me faire vos excuses ! »

Les jeeps roulent maintenant dans une prairie quand Hammond se lève sur son siège et demande au conducteur de s’arrêter. Dans l’autre voiture, Ellie observe une feuille d’arbre qu’elle a cueilli pendant le trajet et s’exclame : « C’est fou de trouver ça ici ! » Grant assis derrière tourne machinalement la tête vers le côté gauche de la jeep. Il est soudain bouche bée. Il enlève ôte son chapeau, se lève et enlève fébrilement ses lunettes sans quitter des yeux ce qui l’a surpris. Ellie poursuit son étude de la feuille sans rien remarquer : « cette variété de veriformale a disparu depuis le Crétacé ! » Grant lui fait tourner la tête de sa main droite. « Quoi ?» fait la jeune femme essayant de se dégager, avant de regarder dans la direction que lui indique Alan, et se retrouve elle aussi bouche bée. Elle se lève à son tour et enlève ses lunettes.
Les paléontologues n’en croient pas leurs yeux, un brachiosaure est en train de brouter dans les arbres à quelques dizaines de mètres de leur jeep. Grant et Ellie sautent de la jeep et avancent vers l’animal.
« C’est… C’est un dinosaure ! » fait naïvement Grant. Hammond s’avance en riant.

Resté dans la jeep, Malcolm murmure : «Il l’a fait, il y est arrivé ce vieux dégénéré !»

Grant est fasciné par cette vision qui remet en cause des années de travail :

«- Les plus belles de toutes les théories sur ces animaux à sang froid sont toutes fausse, on le voit bien. Cet animal ne vit pas dans un marais. Cet animal a un cou de sept…huit mètres.

-Le brachiosaure ? Neuf. » répond Hammond.

Le dinosaure se dresse sur ses pattes arrières, broute la cîme d’un arbre, et retombe sur ses quatre pattes, faisant trembler le sol. Dans la jeep, Gennaro n’en revient pas : « Nous allons faire une fortune avec ce Parc ! » Malcolm rit.


Grant demande à Hammond :
«- Ils sont rapides ?
- Nous avons chronométré le Tyrannosaurus-Rex à 40 km/h.
- Vous avez un T-Rex ? » intervient Ellie « Redites ça vous avez un T-Rex »

Grant attrape Hammond par le bras :
« - Redites-le !
- Oui nous avons un T-Rex !
- Oh ! » fait Grant qui se sent mal.
- Professeur Grant, cher Professeur Sattler, bienvenue à Jurassic Park. »

Grant se retourne et voit au loin des brachiosaures et des parasaurolophus près d’un lac.

- « Ils se déplacent en troupeaux ! » fait-il « Ils se déplacent en troupeaux ! ». s’adressant à Hammond qui s’est accroupi près de lui : « comment avez-vous fait ?
- Je vais vous montrer. »

La visite

Les jeep arrivent devant un bâtiment gris, bas, surmonté d’un toit couleur paille de forme orientale. Des ouvriers achèvent de peindre les murs extérieurs.
Les visiteurs descendent de véhicule, montent un escalier et entre à l’intériérieur par une grande porte à deux battants décorée de bas-reliefs en forme d’ossements.
Hammond commence à vanter les mérites de son parc.
Ellie demande à Grant :
- « Qu’est-ce que tu en pense ? »
- Que notre métier est fini.
- Vous voulez dire éteint ! » ironise Malcolm.


Les visiteurs entrent dans un auditorium d’une trentaine de places avec un écran blanc à l’avant de la salle sur lequel on peut voir le logo du parc « taillé dans la pierre ». Hammond leur fait signe de s’asseoir. Son double apparaît sur l’écran portant un costume noir :
« Bonjour ! »
« Dites bonjour » fait le vrai Hammond.
Ellie et Grant répondent, tandis que Malcolm fait un petit signe de la main.
Commence alors un dialogue interactif entre le vrai et le faux Hammond. Le vrai explique au virtuel la technique du clonage et ce dernier se retrouve multiplié à l’écran et on se retrouve avec une dizaine de Hammond se disant bonjours les uns aux autres.
Mais les scientifiques s’étonnent, Grant dit que le clonage n’a jamais permis de créer une créature disparue, et Ellie se demande d’où vient l’ADN utilisé.

Apparaît alors Mr ADN, un petit personnage animé en forme de brin d’ADN, sorti du doigt d’un Hammond virtuel. Il explique alors à l’assistance fascinée, ce qu’est l’ADN. Il répond également aux questions que se posaient les paléontologues, disant que l’ADN des dinosaures provient du sang prélevé dans le corps d’un moustique vieux de 100 millions d’années, conservé dans l’ambre. Cet ADN est extrait par les généticiens, cloné, « Et… BINGO ! Voilà ADN Dino ! »
Malcolm se redresse sur son siège, captivé par ce qu’il entend.
Mr ADN poursuit son explication. L’ADN contient 3 milliards de codes génétiques, et comme il est très ancien, il y a des manques. Les généticiens modélisent les brins en 3D grâce à des supers ordinateurs et des séquenceurs. Il arrivent ainsi à voir où sont les blancs, qu’ils comblent avec de l’ADN de grenouille. C’est ainsi qu’on peut donner naissance à un bébé dinosaure. Puis le film se termine.

« Tout cela est provisoire bien sûr ! » fait Hammond « ça sera accompagné d’une musique, genre marche, elle n’est pas encore écrite d’ailleurs. Et ensuite, la visite continue. » Il appuie sur une télécommande, et des barres de sécurité s’abaissent sur les genoux des visiteurs assis. La salle se met à tourner, et l’écran laisse place à une vitre à travers laquelle on peut voir des scientifiques s’affairant dans leur laboratoire.
- « C’est absolument effarant John ! » dit Gennaro « Est-ce que ces personnages sont anima… érotiques ?
- Non, nous n’avons pas d’animatroniques ici. Ces gens que vous voyez sont les vrais artisans de Jurassic Park.
La salle continue de tourner et le laboratoire fait place à une salle de contrôle.
- « Attendez ! » fait Grant « Comment interrompez-vous la mitose cellulaire ?
- On peut voir les œufs non fécondés ? » demande Ellie.
- « Bientôt, bientôt, bientôt… » tempère Hammond
- « Vous ne pouvez pas arrêter ce truc là ? » reprend Grant
- « Désolé c’est le programme de la visite !
- On se dégage. » fait Malcolm à Grant et Ellie « 1…2…3 ! »
Tous trois unissent leurs forces et soulèvent la barre de sécurité. Immédiatement la salle arrête de tourner.
- « Mais… » s’étonne Hammond
- « Vous ne pouvez pas faire ça ! fait Gennaro.
Hammond se lève à son tour.
- « Ah bon ! On peut ? » reprend l’avocat, en suivant les autres hors de la salle.


Les visiteurs quittent l’auditorium et entrent dans le laboratoire que l’on voyait à travers la vitre. Des scientifiques travaillent devant leurs PC sur lesquels on peut voir des modélisations 3D de molécules d’ADN. Une voix retentit, provenant d’un haut parleur : « Je vous rappelle que la bateau pour la côte part à 19 heures. Tout le personnel sans exception devra se trouver sur le quai avant 18h45. »
Le groupe suit Hammond jusqu’à un homme de type asiatique qui leur tourne le dos.
- «Bonjour Henry .
- Bonjour Monsieur. » répond l’homme en griffonnant quelque chose sur un bloc-notes.

Tandis que Malcolm serre les mains de quelques employés, Grant fasciné observe tout ce qui l’entoure. Il s’approche d’une couveuse équipée d’un bras mécanique qui comme le fait remarquer Ellie, « tourne les œufs. » Un des œufs se met à bouger. Alan s’en approche.
« Oh mon Dieu, regardez ! » fait Malcolm à Ellie.
- « Oh parfaitement dans les temps » fait Henry Wu « j’espérais bien qu’il naîtrait avant que j’aille au bateau.
- Henry, Henry, pourquoi ne m’avez vous rien dit ? » s’exclame Hammond en enfilant des gants. « J’insiste pour être là à chaque naissance. »

La coquille commence à se briser et un museau apparaît. Hammond encourage le bébé dinosaure en riant. On distingue maintenant une tête de carnivore, qui pousse un cri aigu.

- « Leur mémoire fixe la première créature qu’ils voient en venant au monde, ça m’aide à avoir leur confiance. »

Grant et Ellie essaie d’attirer l’attention du dinosaure vers eux.

- « C’est pourquoi j’ai assisté à toutes les naissances de toutes les petites créatures de cette île!

- Sûrement pas à celles qui ont lieu dans la nature » fait remarquer Malcolm
- « Elles ne peuvent pas se reproduire. » répond Henry Wu « Le contrôle des naissances est pour nous une question de sécurité.
- Comment êtes-vous sûrs qu’ils ne se reproduisent pas ?
- Eh bien parce que tous les animaux à Jurassic Park sont des femelles. Nous les avons conçus de cette façon. »

Hammond caresse le dinosaure devant les yeux ébahis des paléontologues.

- « Leur température corporelle est dans les 30-31 degrés ? » hasarde Grant.
- Henry ?
- 32,7
- Homéothermie ? Ils restent à la même température ? » demande Ellie.

Malcolm tourne autour de la table, pensif. Grant tient la coquille vide dans sa main mais le bras mécanique lui prend et la repose dans la couveuse.

- « Comment êtes-vous sûrs que ce sont des femelles ? » reprend Malcolm « L’un de vous se promène dans le Parc, soulève les jupes des dinosaures ?
- Nous contrôlons leurs chromosomes » réplique Wu.

Et il explique que tous les embryons des vertébrés sont fondamentalement des femelles et qu’il suffit d’une hormone pour qu’ils deviennent des mâles. « Nous la leur refusons.
- Vous la leur refusez ? » s’étonne Ellie.

Malcolm se tourne alors vers Hammond :
- « John, le genre de contrôle que vous tentez n’est pas possible. Ecoutez, il y a quelque chose que l’histoire de l’évolution nous a appris, c’est que la vie ne peut être contenue, la vie prend le large, la vie conquiert de nouveaux territoires, elle renverse toutes les barrières. C’est parfois pénible, parfois dangereux mais… enfin, c’est comme ça.
- C’est comme ça. » reprend Hammond avec un regard méprisant.
- Vous insinuez qu’un groupe composé exclusivement d’animaux femelles peut se reproduire ? demande Wu
- Non, non, non. Je dis simplement que la vie trouve… toujours un chemin.

Grant tient dans ses mains le dinosaure qui pousse de longs cris plaintifs. Le paléontologue pris d’un doute lève soudain la tête vers Wu.
- «De quelle espèce s’agit-il ?
- C’est un… vélociraptor. Répond le généticien, visiblement gêné.
- Vous avez créé des raptors ? »

Wu hoche lentement la tête. Grant regarde le bébé qui pousse des gris lugubres.


Grant se trouve devant un enclos, composé d’une fosse, entourée de clôtures et surmontée d’un mirador. 3 hommes sont là, qui surveillent l’enclos et ses occupants qui poussent des cris violents.
Hammond arrive suivi des autres :
- « Professeur Grant, un déjeuner vous attend avant votre visite du Parc, vous venez ?
- Mais qu’est-ce qu’ils font ? » s’exclame Grant en voyant une vache suspendue dans un harnais, que l’on descend dans l’enclos.
- « Oh ! Ils leur donnent à manger. » répond Hammond en dodelinant de la tête, imitant la vache. « On y va ? »

Grant s’approche de l’enclos et monte sur une plate-forme longeant la fosse. Les autres le suivent. La vache au milieu des arbres au fond de la fosse. Immédiatement les arbres sont agités par de violentes secousses qui se rapprochent de l’endroit où a été déposé la vache. Des hurlements se font entendre, certains provenant de la vache, d’autres non. Les visiteurs observent la scène. Certains comme Ellie et Malcolm semblent écœurés. Hammond sourit devant leur mine dégouttée.

Une voix se fait entendre derrière eux :
- « Il faudrait tous les éliminer ! » dit un homme vêtu d’un short et d’une veste de chasse kakis, et portant un chapeau. On reconnaît l’homme au chapeau de la première scène.
- « Voici Robert Muldoon, notre garde-chasse. Un peu trop alarmiste je le crains mais il en sait plus sur les raptors que n’importe qui. »
Grant se met à poser des questions sur le métabolisme des animaux.

- « Ils sont dangereux à 8 mois, mortellement dangereux. J’ai chassé pas mal de fauves mais la façon dont ces saletés se déplacent…
- Ils sont rapides ? demande Grant
- Oui, pour des bipèdes, la vitesse du guépard : 80 à 100 km/h si on les laissait en liberté. »
Grant fait signe à Ellie d’approcher.
- « Ils sautent de façon étonnante !
- Oui, oui, oui ! » fait Hammond . « C’est pour cela que nous avons pris d’extrêmes précautions. » Il se tourne vers Ellie et lui parle de la salle panoramique située en dessous d’eux.
- Ils se montrent intelligents ? demande Grant.
- Ils ont une grande intelligence pouvant résoudre des problèmes. poursuit Muldoon. Surtout la plus grande. On en a fait naître 8 mais quand La Grande est arrivée, elle a voulu faire la loi et les a tous tués sauf 2. Celle-là, quand elle vous regarde, on sent qu’elle prépare certains coups. » Il marque une pause. « C’est pour ça qu’on les nourrit de cette façon, elle leur faisait attaquer la clôture quand on venait les nourrir. »

Entendant cela, Hammond fronce les sourcils, il ne veut visiblement pas que l’on parle des problèmes rencontrés avec l’agressivité des dinosaures.
- « Les clôtures sont électrifiées pourtant ! fait remarquer Ellie.
- C’est exact, mais ils n’ont jamais attaqué 2 fois le même endroit. Ils mettaient la solidité des clôtures systématiquement. Ils ont de la mémoire ! » conclut le garde-chasse avec un petit sourire, en remettant son chapeau.
Le harnais remonte, il est vide, mais entièrement détruit, les parties en plastique sont lacérées de toutes parts. Malcolm, Ellie et Grant sont choqués.
- « Bon, qui a faim ? » lance ironiquement Hammond.

Enjeux et conséquences

Un serveur pose des assiettes de « bar du Chili et sa garniture » devant les invités attablés dans une salle sombre sur les murs de laquelle sont projetés des diaporamas illustrant les différentes attractions du parc. Dans le même temps, la voix de Hammond, diffusée par des hauts parleurs vante les mérites de ces mêmes attractions.

Alors qu’Ellie regarde son assiette d’un regard qui veut dire « après ce que je viens de voir je n’ai plus faim », Hammond prend la parole.

- « Aucune de ces attractions n’est encore prête bien sûr ! Le parc ouvrira avec le circuit de base que vous allez faire. D’autres itinéraires viendront s’y ajouter 6 à 12 mois plus tard. »

Gennaro prend des notes tandis que Hammond ajoute :

- « J’ai dépensé sans compter.

- Et nous pouvons faire payer ce que nous voulons, 2000 dollars la journée, 10000 et tout le monde paiera. » Se réjouit l’avocat.

Hammond n’est pas d’accord, il dit que le parc doit être accessible à tout le monde et pas seulement aux super-riches. Gennaro ironise et parle de forfaits à la journée et de tarifs réduits, ce qui le fait beaucoup rire, et Hammond aussi. Malcolm intervient :

- « Ce manque d’humilité en face de la nature qui se manifeste ici… me terrifie.
- Je vous en prie Professeur Malcolm, répond Gennaro, mais je crois que les choses sont un peu différentes de ce que vous et moi craignions.
- Oui, je sais, elles sont pires.
- Non mais attendez ! Nous n’avons même pas visité encore le parc.
- Non, non, Donald, Donald, laissez Donald ! laissez le parler ! Il n’y a pas de raison, je veux entendre le point de vue de chacun, vraiment.
- Oui John. Vous ne voyez pas le danger, le danger inhérent à ce que vous faites ici. Le pouvoir génétique est la force la plus terrible que la planète ait connu mais vous la maniez comme un enfant qui a trouvé le flingue de son père.
- Ce n’est vraiment pas le moment de commencer à poser des généralités… commence Gennaro.
- Non, non, non, non. Si vous permettez je vais vous dire le problème qu’il y a avec le pouvoir scientifique dont vous usez, dont vous usez ici, ne requiert aucune discipline pour l’atteindre. [pas de faute de frappe dans cette phrase, j’ai retranscrit mot pour mot ce qu’il dit, c’est vrai que c’est un peu incompréhensible] Vous avez assimilé les travaux des autres et poursuivi dans la même voie. Vous n’avez pas acquis la connaissance par vous même alors, alors vous ne prenez aucune responsabilité.

Hammond commence à montrer des signes d’agacement.

- « Vous vous êtes hissés sur des épaules de génie et euh, pour accomplir quelque chose le plus vite possible et avant même de savoir ce que vous aviez, vous l’avez breveté, emballé dans un joli papier-cadeau plastique et maintenant… BLAM (il tape du poing sur la table) Vous le vendez, voilà ! BLAM ! Vous allez le vendre, vous allez le vendre sans savoir… »

Hammond lui fait signe de se calmer , alors que Gennaro ricane.

- « Je crois que vous ne nous jugez pas à notre juste valeur. Nos savants ont fait des choses que personne n’avait faites avant eux.
- Euh ! Oui. BLAM ! Oui mais vos savants étaient si préoccupés par ce qu’ils pourraient faire ou non qu’ils ne se sont pas demandés s’ils en avaient le droit !
- Les condors ! s’exclame Hammond en se tournant vers Grant, cherchant son soutien. Les condors sont en voie de disparition. Et si je voulais créer…
- Non…
- Non, non, si je voulais créer une volée de condors sur cette île, vous ne feriez aucune objection.
- Non attendez ! Ce n’est pas… ce n’est pas des espèces que le déboisement a fait disparaître ou la construction d’un barrage par exemple. Non, les dinosaures ont eu leur chance, c’est la nature elle-même qui les a fait disparaître.
- Je ne comprends pas cette attitude rétrograde en particulier chez un savant. Je veux dire, comment peut-on sentir qu’on est à l’aube d’une découverte et ne pas agir ?
- Ce qu’il y a de beau dans la découverte, c’est que c’est un acte violent de pénétration qui marque au fer rouge ce qu’il explore. Ce que vous appelez découverte je l’appelle viol de la nature. »

Malcolm affiche un sourire vainqueur ; son discours produit son petit effet. Grant donne l’impression de s’ennuyer, de ne pas se sentir concerné par la discussion. Ellie prend la parole à son tour.

- « Mais la question est : Comment savoir quoi que ce soit sur un écosystème disparu ? et par conséquent, comment affirmer qu’on peut le contrôler ? Je veux dire, vous avez des plantes dans ce bâtiment qui sont vénéneuse et vous les avez choisies parce qu’elles étaient jolies. Mais ce sont des organismes vivants et agressifs qui n’ont aucune idée du siècle où ils sont et qui vont se défendre avec violence si nécessaire. »

Hammond regarde tout le monde, surpris.

- « Professeur Grant, s’il y a bien quelqu’un ici qui peut apprécier ce que j’essaie de faire, c’est bien vous ! »

Grant sort de son mutisme et commence à parler, calmement, le regard fixe, pénétrant.
- « Le monde a changé si radicalement et nous courrons tous pour le rattraper. Je ne voudrai pas tirer de conclusions hâtives mais, le dinosaure et l’homme, 2 espèces séparées par 65 millions d’années d’évolution viennent tout à coup de se retrouver face à face. Comment serait-il possible d’avoir la moindre petite idée de ce qui va se passer ?
- Je n’arrive pas à y croire ! je n’arrive pas à y croire ! Vous êtes censés me défendre contre ces personnages (il montre Malcom et Gennaro), et le seul qui soit de mon côté, c’est cette vieille sangsue d’avocat !
- Merci ! fait Gennaro. »

Le serveur revient et murmure à l’oreille de Hammond :
- « On m’a prié de vous informer que vos petits enfants viennent d’arriver. »
Hammond sourit et hoche la tête.
- « Bien ! » Il se lève. « Ils sont là ! »

A la merci des ingénieurs

Les visiteurs redescendent l’escalier du hall.
- « Vous allez avoir un peu de compagnie pendant votre visite du parc. » Fait Hammond « Vous allez passer quelques temps avec notre public type. »

Deux enfants, un garçon et une fille âgés respectivement d’environ 9 et 12 ans, traversent le hall en courant au milieu des ouvriers.

- « Grand père ! »
- « Les enfants ! »

Ils se jettent dans les bras de Hammond qui tombe à la renverse en riant. Les enfants se mettent alors à parler du voyage, de l’hélico et des cadeaux que Hammond leur a envoyé. Tout leur a plu. Ellie sourit en écoutant les enfants s’enthousiasmer. Elle se tourne vers Grant qui apprécie beaucoup moins. Malcolm observe la scène d’un air stoïque. Ils sortent à l’extérieur et se retrouvent au bord de la route qui longe l’entrée du centre des visiteurs. Deux Ford Explorers numérotés 004 et 005 arrivent sur leur gauche, suivant un rail au milieu de la piste.

- « Voilà vos moyens de transport pour l’après-midi. » fait Hammond. Les voitures s’arrêtent devant eux.
- « Il n’y a pas de chauffeur ? » demande Gennaro en avançant vers la première voiture.
- « Non non non non non ! Il n’y a pas de chauffeur, elles sont électriques, elles suivent ce rail au milieu du chemin là. Totalement non polluantes, le fin du fin, j’ai dépensé sans compter. »

La fillette est entrée dans une voiture et joue avec un écran inséré sur le tableau de bord.

- « C’est un CD-Rom interactif ! Regardez il suffit de toucher l’écran pour choisir ce que tu veux qu’il te raconte ! »

Elle touche l’écran, et l’image d’accueil fait place au plan des enclos du parc. Malcolm, Grant et Ellie observent les rails en silence.

- « Lex ma chérie, tu es bien dans cette voiture ? » demande Hammond en repartant vers l’arrière des véhicule. « Professeur Sattler, venez avec moi. Professeur Grant, venez dans la seconde voiture !
- Je vais monter avec le Professeur Sattler ! fait Malcolm.

Grant se retourne et le suit du regard. Il voit alors Hammond monter les marches pour retourner dans le bâtiment. Alan se dirige vers la seconde voiture et tombe nez à nez avec le garçon.

- « J’ai lu votre bouquin.
- Ah ? C’est bien. »

Grant contourne l’enfant et poursuit son chemin.

- « Vous pensez vraiment que les dinosaures se sont changés en oiseaux et que c’est comme ça qu’ils ont disparu ? »

Grant monte dans la voiture où se trouve Ellie.

- « Eh bien les espèces ont peut-être évolué dans cette direction. »

Le garçon monte à son tour dans le véhicule. Ellie assise à l’avant, en train de discuter avec Malcolm, se retourne.

- « Je trouve pas qu’ils ressemblent à des oiseaux moi. »

Grant ressort par l’autre portière. Ellie rit.

- « J’ai entendu parler de ce météore qui a heurté la Terre au Mexique et a fait ce gros cratère. »

L’enfant suit le paléontologue qui se retourne.

- « Ecoute, euh…
- Tim.
- Tim, dans quelle voiture tu monte ?
- Dans celle où vous êtes ! »

Grant retourne vers la première voiture.

- « J’ai découvert ce truc dans Omni, l’histoire de ce météore qui a provoqué cette chaleur… »

Grant ouvre la porte et laisse Tim monter avec Gennaro.

- « … et qui a fait un tas de poussière de diamant qui a changé le climat, et ils sont mort à cause du froid. Et puis ma maîtresse elle m’a parlé de cet autre bouquin écrit pas Baker… »

Grant claque la portière et part vers l’autre voiture. Il tombe sur Lex.

- « Elle m’a dit de monter avec vous, que ça serait bien pour vous. » fait la fillette, intimidée.

Grant regarde Ellie qui sourit. Il hoche la tête.


Hammond et Muldoon entrent dans la salle de contrôle.

- «La météo a repéré une tempête tropicale à environ 120 kilomètres à l’ouest.» annonce le garde chasse.
- « Aïe aïe aïe aïe , et pourquoi j’ai pas construit en Floride ?
- Je vais la surveiller, peut-être qu’elle dérivera vers le sud comme la dernière. »

Muldoon se penche vers un écran sur lequel on voit une modélisation 3D de la tempête. Hammond s’approche d’un technicien, un homme noir vêtu d’une blouse blanche.

- « Ray, » fait-il en lui tapant sur l’épaule « lancez le programme du circuit. »

L’homme se tourne vers un pc et pianote sur le clavier.

- « Attachez vos ceintures ! »

Deux petits symboles rouges représentant les voitures se mettent à clignoter en avançant sur un plan du parc. Hammond observe les véhicules par l’intermédiaire de caméras. Sur l’écran on voit les voitures démarre. Tous les visiteurs discutent joyeusement et ont l’air enthousiasmés. Hammond pousse un soupir de soulagement.

- « Dieu ait pitié de nous » ironise Malcolm « nous sommes à la merci des ingénieurs. »

Une voix enregistrée se fait entendre dans les voitures, expliquant le principe de la visite et de l’écran se trouvant sur le tableau de bord. Les voitures arrivent en vue d’une gigantesque porte en bois surmontée de l’inscription JURASSIC PARK en lettres rouge, de chaque côté, sur les montants de la porte, des torches sont allumées.

- « On va rentrer dans la porte ! » s'inquiète Lex.

Mais la porte s’ouvre automatiquement au moment où les voitures passent.

- « Bienvenue à Jurassic Park ! » fait la voix enregistrée.

Tous lèvent la tête en passant sous le portique.

- « Qu’est-ce qu’il y a là dedans ? » demande Malcolm « King Kong ? »


Dans la salle de contrôle, Hammond suit toujours la progression des voitures sur son écran.

- « La voix que vous entendez maintenant est celle de Richard Kiley, j’ai dépensé sans compter !
- Sur votre droite, vous allez apercevoir le premier dinosaure du circuit, appelé dilophosaure.
- Des dilophosaures ! » s’exclame Grant.
- « Oh merde ! » fait Ellie.

La voix explique que le dilophosaure est venimeux, que son crachat peut provoquer la cécité et la paralysie. Les voitures passent mais le dinosaure ne se montre pas.

- «Alan, où… » commence Ellie alors que les voitures quittent l’enclos des dilophosaures.
- « Nom de Dieu ! » fait Grant.

Dans la salle de contrôle, l’homme à la blouse blanche constate un défaut dans le système.

- « Les phares des véhicules sont branchés mais ils fonctionnent pas, c’est pas normal qu’ils soient en panne de batterie. Faut mettre le 151 sur la liste des défauts. Nous avons tous les problèmes des parcs d’attraction et des grands zoos et nos ordinateurs ne sont même pas au point.
- Dennis ! » fait Hammond en se tournant vers Nedry assis devant son bureau en désordre. « Nos vies sont entre vos mains et vous avez des doigts de plomb ! »
- Ah ah ah ah ! mon talent ne sera vraiment reconnu qu’après ma mort ! on peut diriger tout ce parc depuis cette salle avec une équipe réduite trois jours durant. Vous croyez que ce genre d’automatisation est facile ? » il boit une gorgée de cola « Ou bon marché ? Vous connaissez quelqu’un qui peut connecter 8 systèmes et débuguer 2 millions de lignes de code pour le prix qu’on me paie dans ce boulot ? Si vous en connaissez faudra aller le voir !
- Je suis navré que vous ayez des problèmes financiers Dennis, sincèrement. Mais ce sont vos problèmes !
- Oh vous avez raison John, vous avez absolument raison, ici tout est mon problème !
- Je ne me laisserai pas noyer dans une nouvelle discussion financière avec vous Dennis, ne comptez pas là dessus.
- Pas de discussion du tout.
- Je ne blamme pas les gens pour les erreurs qu’ils commettent, mais qu’ils en assument les conséquences.
- Merci P’pa.
- Dennis ! Et les phares ? » intervient Arnold, l’ingénieur.
- « Ouais je débugerai le programme au retour du circuit… OK ! ça va bouffer plein de cycle, on perdra une partie du système pendant un moment. J’ai une quantité limitée de mémoire, on peut pas s’en servir pour n’importe quoi ! C’est toi qui va tenir le clavier pendant…
Muldoon pensif se redresse.

- « Silence tous les deux ! Ils approchent de l’enclos des tyrannosaures. »

Les voitures sortent d’un tunnel et arrivent devant l’enclos du tyrannosaure. Elles stoppent devant la clôture et tout le monde se colle aux vitres pour tenter d’apercevoir quelque chose. Mais rien ne se passe. Tim fait une grimace, visiblement déçu. Au dessus des voitures, deux lumières, une bleue et une orange clignotent alternativement, indiquant que la clôture fonctionne. Malcolm fait un bilan de la situation :

- « Dieu crée les dinosaures, Dieu détruit les dinosaures. Dieu crée L’Homme. L’Homme détruit Dieu. L’Homme crée les dinosaures.

- Les dinosaures mangent l’Homme, la Femme hérite de la Terre. » Conclut Ellie.

Malcolm et Grant la regardent. Alan sourit. Elle ne leur prête pas attention et s’approche de la vitre. La voix de Richard Kiley se fait alors entendre :

- « Nous allons essayer d’attirer le Rex. »

Dans l’enclos, une petite cage sort de terre avec à l’intérieur une chèvre.

- « Qu’est-ce qui va arriver à la chèvre ? » demande Lex à Gennaro. « Il va manger la chèvre ?
- Parfait ! » répond Tim
- « Qu’est-ce qui te choque petite ? Tu n’as jamais mangé de chevreau ?
- Non Monsieur ! Je suis végétarienne ! »

Dans l’autre voiture Grant fait une remarque :

- « Rex ne veut pas qu’on le nourrisse, il veut chasser. On ne peut pas supprimer 65 millions d’années d’instinct de chasse. »

Dans l’enclos, la chèvre rassurée s’allonge. Tout le monde se rassied. Dans la salle de contrôle, Hammond continue d’observer les visiteurs devant son écran. Il voit Malcolm se lever et dire à la caméra :

- « Hum ! Auriez-vous par hasard projeté d’avoir des dinosaures, dans votre parc à dinosaures ? Hein ? Mmmh ? Hého ! Toc toc toc. Hého? Haaaa, alors? Oui ?
Je crois que je hais cet homme. » fait Hammond en se tenant la tête dans les mains.

Malcolm se rassied.
- « Vous voyez, le Tyrannosaure n’obéit à aucun schéma de groupe, ni a aucun horaire de parc d’attraction. C’est l’essence du chaos. » il se met à taper sur ses genoux en fredonnant.
- « Je comprends toujours pas cette théorie du chaos, qu’est-ce que ça signifie ? » demande Ellie.
- « Purement et simplement l’imprévisibilité dans les systèmes complexes. »

Ellie hoche la tête.

- « L’exemple type est l’effet papillon. Un papillon qui bat des ailes à Pékin peut amener la pluie à la place du soleil à New York.
- Waou ! » fait Ellie en passant une main au-dessus de sa tête pour montrer qu’elle est totalement dépassée.
- « Ha ha ha ! Je suis allé trop vite ? » fait Malcolm en lui caressant les cheveux. « Non, j’ai fait un survol. »
Il lui fait une démonstration à l’aide d’un verre d’eau posé sur le tableau de bord. Il fait tomber une goutte sur sa main et lui montre qu’on ne peut pas prévoir de quel côté la goutte va couler.
Pendant ce temps, Grant qui regardait au dehors aperçoit quelque chose qui ressemble à une jeep, dans une prairie, au milieu de hautes herbes. Il entend également une sorte de grognement.
Malcolm poursuit son explication en prenant la main de la jeune femme et en disant que le phénomène est dû à d’infimes variations telles que l’orientation de la pilosité, la différence de dilatation des veines et les imperfections de la peau.

- « Les imperfections de la peau ? » demande Ellie.
- « Les votres sont microscopiques. Ça ne se reproduit jamais et il y a une forte influence sur le résultat final, c’est quoi ?
- L’imprévisibilité ?
- Exactement. »

A ce moment, Grant ouvre la portière, regarde derrière, devant puis descend de la voiture.
- « Ah ! Regardez ! » fait Malcolm « personne n’aurait pu prédire que le Professeur Grant allait sauter brusquement du véhicule en marche. »
Ellie sort à son tour.
- « Alan ?
- Et voilà, encore un exemple ! Et je me retrouve tout seul, et je parle tout seul ! C’est… c’est ça la théorie du chaos !

Le tricératops malade

Dans la salle de contrôle une alarme retentit et sur un écran les portes des véhicules clignotent en rouge.
- « Arrêtez le programme ! » fait Hammond.

Muldoon fait remarquer qu’il a toujours demandé à ce que les portes des voitures soient verrouillées. Une voix indique que le programme est arrêté et que tout est en ordre.
De son côté Nedry surveille les docks et la chambre froide par l’intermédiaire des caméras.
A l’extérieur, Tim reprend sa discussion avec Grant à propos du livre de Bakker alors qu’Ellie et Gennaro s’inquiètent de savoir où ils vont. Un mugissement se fait entendre et Alan fait stopper la petite troupe. Il part seul voir ce que c’est mais Tim le suit. Ils tombent sur un tricératops allongé. A ses côtés un vétérinaire est en train de le soigner. Alan caresse la collerette de l’animal.

- « Mon Dieu ! C’était déjà ma préférée quand j’étais gosse et je me rends compte maintenant que c’est la plus belle chose que j’aie jamais vu. »

Tous sont émus aux larmes. Ellie trouve des microvésicules sur la langue de l’animal. Le vétérinaire lui expose les symptômes : perte de l’équilibre, trouble de l’orientation, difficultés respiratoires. Cela se reproduit toutes les 6 semaines. Ellie se rend compte que les pupilles de l’animal sont dilatées et pense que c’est dû à une plante. Elle se met à chercher et tombe sur un « arbre à chapelets » dont les baies sont toxiques. D’après le vétérinaire, les animaux n’en mangent pas. Ellie n’en n’est pas si sûre.

- « Il n’y a qu’un moyen de s’en assurer : il faut que je voie les fientes de ce dinosaure.

- Les fientes de… dinosaure ! » s’étonne Malcolm.

Dans la salle de contrôle, Muldoon au téléphone se renseigne sur la tempête. Il conseille à Hammond d’interrompre la visite, alors que Arnold informe les employés que le dernier bateau pour la côte part dans 5 minutes.

- « Bon sang ! » s’énerve Hammond.

Dans la prairie, Ellie fouille dans les excréments du tricératops.
- « C’est vraiment un gros tas de merde ! » fait Malcolm.

La paléobotaniste ne trouve aucune trace de baies toxiques.
- « C’est bizarre.
- N’oubliez pas de vous laver les mains avant de manger ! » lance Malcolm à Ellie tandis qu’elle part en réfléchissant à ce qui peut bien mettre l’animal dans cet état.

Un énorme coup de tonnerre fait sursauter Gennaro qui demande à partir. Tous regagnent les voitures à l’exception d’Ellie qui reste avec le Docteur Harding pour s’occuper du tricératops.
Dans la salle de contrôle, Nedry est en pleine conversation téléphonique avec son contact de Biosyn qui l’attend sur le dock Est. L’informaticien a besoin de temps pour accomplir son méfait, il demande 15 minutes. Mais l’autre ne peut rien lui promettre.

- « Les voitures des visiteurs retournent au garage. » annonce Ray Arnold.
- « Vous parlez d’une première ! » déprime Hammond « Deux qui ne se montrent pas et un tricératops malade !
- Ç’aurait pu être pire John, bien pire…
- Quelqu’un veut un soda ou autre chose ? » intervient Nedry « Parce que je vais au distributeur alors je peux peut-être rapporter quelque chose à quelqu’un. J’ai des sucreries et j’ai envie de trouver du salaire, je me suis dit que si quelqu’un voulait, je… Oh, j’ai fini de débuguer le réseau téléphonique, j’ai… enfin vous savez je devais le faire, je l’ai fait. J’ai… enfin, vous m’aviez dit de le faire , j’ai réparé le téléphone, et j’ai aussi pensé qu’il fallait que je vous dise que le système va compiler pendant 18 à 20 minutes et que quelques réseaux secondaires peuvent subir quelques coupures. Mais y’a pas à s’inquiéter, c’est un truc normal. »

Il se penche vers son Mac et clique sur EXECUTE. Un chronomètre apparaît, il le synchronise avec sa montre.

Le début du chaos

La nuit est tombée, les Land Cruisers rentrent au Centre des Visiteurs, sous la pluie. Dans la seconde voiture Malcolm dévisse une fiole.

- « Vous avez des gosses ? » lui demande Grant.
- « Moi ? Oh oui, trois. J’adore les gosses. » Il boit une gorgée. « Avec eux tout peut arriver. C’est pareil avec les femmes » il tend la fiole à Grant qui refuse. « Tout peut arriver.
- Vous êtes marié ?
- Marié oui. Je suis toujours à la recherche d’une future ex-madame Malcolm.

Dans le Centre des visiteurs, Nedry arrive devant le laboratoire et se cache pour éviter une caméra. Il regarde sa montre.

- « 5…4…3…2…1… »

La caméra s’éteint, un bip se fait entendre et la porte s’ouvre. Dans la salle de contrôle, Arnold s’apprête à allumer une cigarette lorsque des bips provenant de son ordinateur attirent son attention.

- « C’est bizarre !
- Quoi ? » demande Hammond.
- « Les systèmes de sécurité des portes se coupent.
- Nedry a dit qu’il y aurait des coupures dans certains systèmes. »

Nedry entre dans la chambre froide. Il ouvre les congélateurs et sort la bombonne de mousse à raser de sa veste. Il y range les embryons un par un, un de chaque espèce. Il referme les congélateurs et sort de la pièce. Dans les voitures, les écrans interactifs s’éteignent.

- « A propos, le Professeur Sattler n’est pas… hum… libre, n’est-ce pas ?
- Pourquoi ?
- Ah ! Je suis désolé, je… vous deux vous êtes heu…
- Oui. »

La voiture s’arrête brusquement.

- « Qu’est-ce que j’ai touché ?
- Vous n’avez rien touché, on a stoppé. »

Dans la salle de contrôle, les tracés des clôtures se mettent à clignoter sur les écrans de contrôle d’Arnold.

- « Ouh lalalalalala ! Qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est ce que c’est que ça ?
- Quoi encore ?
- Les clôtures tombent en panne un petit peu partout.
- Trouvez Nedry, allez voir au distributeur ! » ordonne Hammond à Muldoon.

Nedry arrive en Jeep, devant la monumentale porte d’accès au parc. Il descend de voiture, ouvre la porte manuellement et repart. Arnold s’installe au poste de Nedry.

- « Vous parlez d’un plan de travail ! Cest un foutoir total ! » D’un geste rageur il envoie tout par terre.

- « Les clôtures des raptors ne sont pas déconnectées ? » demande Muldoon.
- « Non elles fonctionnent encore. » répond Arnold après avoir vérifié.
- « Pourquoi aurait-il déconnecté les autres ? » demande Hammond

Nedry franchit la clôture d’enceinte du parc désormais inutile. La visibilité est mauvaise à cause de la pluie. L’informaticien voit un panneau indicateur au dernier moment. Il freine mais ne peut l’éviter. Le panneau est brisé et Nedry ne sait plus de quel côté il doit repartir.

Arnold pianote sur l’ordinateur de Nedry :

ACCESS MAIN SECURITY : PERMISSION DENIED
ACCESS MAIN PROGRAM : PERMISSION DENIED
ACCESS MAIN SECURITY : PERMISSION DENIED

Sur un autre ordinateur apparaît alors un petit bonhomme en costume d’Elvis avec la tête de Nedry qui se met à ricaner :
« AH AH AH ! VOUS N’AVEZ PAS DIT LE MOT MAGIQUEEEUUU ! AH AH AH ! »

- « Meeerde ! Je ne supporte pas ces conneries d’informaticien » explose Arnold.
- « Appelez l’équipe de Nedry à Cambridge » ordonne Hammond.

Arnold prend le combiné du téléphone :

- « Les lignes aussi sont coupées.
- Où les véhicules ont-ils stoppé ? »


Grant retourne dans sa voiture après avoir été prendre des nouvelles des autres.

- « Leur radio aussi est coupée. Gennaro a dit de ne pas bouger.
- Les enfants, ça va ?
- J’ai pas demandé, pourquoi ils n’iraient pas ?
- Un rien les effraie.
- Y’a pas de quoi avoir peur, c’est une simple coupure de courant.
- J’ai pas dit que j’avais peur.
- J’ai pas dit que vous aviez peur.
- Je sais. »

Dans l’autre voiture Tim a trouvé des lunettes infra-rouge et observe ce qui se passe dehors. Un bruit sourd accompagné d’une secousse se fait entendre.

- « T’as senti ? » demande Tim à sa sœur.

Il se penche vers les verres d’eau posés sur le tableau de bord. Une autre secousse se fait sentir et des onde concentriques se forment à la surface de l’eau.

- « C’est probablement le courant qui revient. » fait Gennaro.

Tim scrute l’enclos avec ses lunettes. La chèvre n’est plus là, son piquet est tordu et la chaîne se balance. Lex a à peine le temps de dire « Où est la chèvre ? », qu’une patte sanguinolente de celle-ci atterrit sur le toit du Land Cruiser. Tous ont un mouvement de recul.
Tim qui regarde toujours l’enclos, vois deux énormes doigt à la peau ridée et grisâtre se refermer sur un des câbles de la clôture. Un grognement se fait entendre, et la silhouette du T-Rex avalant la chèvre se dessine à travers les câbles. L’animal tourne la tête et regarde les voitures. Gennaro terrorisé sort de son véhicule et cours se réfugier dans les toilettes de l’autre côté de la route.

- « Il nous abandonne ! Il nous abandonne ! » gémit Lex.
- « Mais où il va comme ça celui-là ? » demande Grant.
- « Quand faut y aller faut y aller. »

Un bruit les fait se retourner vers la clôture et ils voient les câbles se détendre un par un dans un bruit de métal. Dans l’autre voiture, les enfants voient la clôture fragilisée se balancer avec le vent. Après avoir arraché un dernier câble avec sa gueule, le T-Rex s’avance sur la route entre les deux voitures et pousse un rugissement.

- « Putain j’en ai marre d’avoir toujours raison ! » fait Malcolm.

- « Ne faites plus un seul geste, sa vision est basée sur le mouvement. »

En fouillant dans le coffre de sa voiture, Lex trouve un projecteur, qu’elle allume espérant ainsi faire fuir l’animal. Mais c’est l’effet inverse qui se produit. Attiré pas les mouvements du rayon lumineux, le tyrannosaure revient vers la première voiture. Voyant cela, Tim claque la portière laissée ouverte par Gennaro. Ce qui énerve l’animal. Celui-ci se penche pour scruter l’intérieur de la voiture. Il rugit et donne un coup de museau pour jauger la solidité et le poids du véhicule. Il enfonce alors le toit et essaie d’attraper les enfants, protégés par la vitre. N’y parvenant pas, il renverse la voiture d’un coup de tête et, furieux, il mord les pneus et appuie sur la voiture qui s’écrase sous le poids du monstre.
Grant sort de l’autre voiture avec un feu de bengale, qu’il agite en criant pour attirer le dinosaure. Il lance la torche et l’animal la suit. Malcolm sort à son tour avec une torche en hurlant.

- « Hey ! Hey !
- Cessez de bouger !
- Allez chercher les gosses ! »

Il part en courant suivi par le Rex. Il tente de se réfugier dans les toilettes mais l’animal le rattrape et l’envoie « dans le décor » en détruisant les toilettes. Gennaro se retrouve alors assis sur le trône, face au T-Rex qui l’attrape et le secoue pour lui briser la colonne vertébrale.
Pendant ce temps, Grant parvient à faire sortir Lex de l’épave du Land Cruiser mais Tim est coincé. Le Tyrannosaure revient, il renifle Alan et la fillette mais ne les voit pas. Il fait alors tourner la voiture comme une toupie, pour les obliger à se découvrir. Grant et Lex suivent le mouvement mais se retrouvent coincés entre la voiture et la rambarde qui soutenait la clôture. Ils grimpent sur cette dernière et se retrouvent face à un fossé de sécurité. Il n’y a pas d’autre issue, Grant attrape un câble qui pend dans le vide et commence à descencre en rappel, Lex sur ses épaules.
Le dinosaure continue de pousser la voiture qui finit par tomber dans le vide, frôlant les deux varappeurs, et termine sa chute dans un arbre en contrebas.

Perte de contrôle

Arnold, Hammond et Ellie essaient de trouver ce qu’a fait Nedry. L’ingénieur en chef dit que le seul moyen de le retrouver est de faire défiler toutes les lignes de codes une par une. Et il y a environ 2 millions de lignes de code. Hammond demande à Muldoon de lui ramener ses petits enfants. Ellie part avec lui. Quand ils sont sortis, Arnold interpelle Hammond :

- « John, John je n’arriverai pas à reprendre le contrôle de Jurassic Park sans Dennis Nedry. »

Nedry s’est perdu sur les routes de service. Il rate un virage, passe à travers une barrière et se plante. Il ne peut pas repartir, la voiture est coincée. Il déroule le treuil et va l’attacher autour d’un arbre.

Un bruit, une sorte de roucoulement retentit. Nedry se retourne mais ne voit rien. Il poursuit son entreprise et fixe le câble. Un nouveau roucoulement se fait entendre et l’informaticien se retrouve face à un petit dinosaure d’un mètre de haut avec deux espèces de crêtes sur la tête. Nedry se hâte de retourner à la voiture, mais le dinosaure le suit. En arrivant à la voiture, Dennis glisse et se retrouve allongé sur le dos face au dinosaure qui se dresse devant lui, ouvre la gueule, déploie une grande collerette autour de son cou et envoie un crachat noirâtre sur la chemise du traître. Celui-ci se relève, mais au moment d’entrer dans la voiture, se retourne pour vérifier où est son assaillant, qui lui crache dans les yeux. Nedry se met à hurler. Aveuglé, il se cogne la tête dans la voiture et tombe à la renverse, perdant la bombonne contenant les embryons. Il se relève tant bien que mal, entre dans la voiture, referme la portière, mais le dinosaure qui est déjà à l’intérieur, se jette sur lui.


En bas du fossé du T-Rex, Grant essaie de calmer Lex, traumatisée par l’attaque du monstre et par le fait que Gennaro l’ait abandonnée dans la voiture.
Alan monte chercher Tim toujours coincé dans la voiture en haut de l’arbre. Parvenu à la hauteur du véhicule, il ouvre la porte. Tim est assis au fond et ne veut pas sortir parce qu’il a vomi. Après avoir promis de ne dire à personne qu’il a vomi, Grant lui tend la main en s’appuyant sur le volant… qui tourne, ainsi que les roues avant, déstabilisant ainsi l’équilibre précaire de la voiture. Tim sort du véhicule mais a peur de descendre. Il se fait très rapidement une raison quand il voit que les branches soutenant la voiture vont bientôt lâcher et que celle-ci risque de les écraser. Tim et Grant se mettent à descendre à toute vitesse, suivis par la voiture, qui s’arrête un première fois à quelques centimètres du visage du paléontologue. Ils poursuivent leur descente, toujours plus vite. Le Land Cruiser recommence à bouger, puis tombe en détruisant toutes les branches sur son passage. Arrivé en bas, le capot se plante dans le sol à la verticale, et la voiture bascule en avant sur Tim et Alan.

- « Eh bien, nous revoilà… dans la voiture !
- Oui, au moins t’es descendu de l’arbre. »


Muldoon et Ellie arrivent en Jeep sur les lieux de l’attaque du Tyrannosaure. Ils se mettent à chercher la deuxième voiture, appelant Alan à plusieurs reprises. Ils trouvent les restes de Gennaro au moment où le rugissement du T-Rex retentit.

- « Il a l’air d’être devant nous.
- Il peut-être n’importe où, sans clôture électrique il peut entrer et sortir de n’importe quel enclos. »

Ils entendent un gémissement et trouvent Malcolm sous les décombres des toilettes. Il a une grosse blessure à la jambe.

- « Il faut lui faire un garrot. Ian, Ian !
- Faites moi penser à remercier John pour ce charmant week-end. »

Nouveau rugissement.

- « On se risque à le transporter. » décide Ellie.
- Je vous en prie, risquez. »

Muldoon installe le blessé à l’arrière de la Jeep pendant qu’Ellie continue de chercher l’autre voiture. Les rugissements se font de plus en plus proches.

- « Ellie dépêchez-vous ! »

La jeune femme suivant les traces laissées dans la boue par le véhicule, regarde par dessus la rambarde.

- «L’autre voiture ! »

Muldoon et Ellie descendent dans le fossé.

- « Professeur Grant ! » appelle Muldoon

Ellie sanglote nerveusement.

- « Ils ne sont pas là. » reprend le garde-chasse.

Ellie, éclairant les alentours avec sa lampe, remarque des traces de pas s’éloignant du véhicule. Resté dans la Jeep, sur la route, Malcolm sent une secousse du sol.

- « Vous avez entendu ? » se dit-il à lui même « C’est… c’est un pas qui fait trembler la terre. Je commence à être vraiment inquiet moi !
- Dépêchez-vous, dépêchez-vous, dépêchez-vous » ajoute-t-il en voyant arriver les deux autres, « Faut foutre le camp. Faut foutre le camp, vraiment, maintenant, tout de suite ! Allez allez allez ! Dépêchez-vous ! Démarrez ! »

Le T-Rex surgit de la jungle et se met à poursuivre la Jeep.

- « Il faut aller plus vite ! » hurle Malcolm tandis que le dinosaure se rapproche.

Ils passent sous un tronc d’arbre probablement abattu par la tempête, qui arrache le pare-brise. Mais ce même tronc se brise au passage du tyrannosaure. Le monstre est maintenant tout près de la voiture, il donne un coup de tête dans l’aile droite. Muldoon accélère et le dinosaure abandonne la poursuite. Tous poussent un soupir de soulagement.

- « ça sera au programme de la visite ? » demande Malcolm.

Commentaire :

La post-production de cette scène fut l'occasion d'une convergence entre l'art et la science. L'intention originale était de faire courir le T. rex à 40 mph derrière la Jeep, vitesse évoquée par John Hammond plus tôt dans le film. Lorsque les experts d'ILM ont animé le modèle 3D pour simuler cette vitesse il se sont rendu compte que ça n'allait pas : pour aller aussi vite, soit le tyrannosaure devait faire des pas démesurés, soit il devait bouger les jambes très rapidement. Les principes de base de la biomécanique faisaient que ça sautait aux yeux de n'importe qui que cet animal ne pouvait pas se déplacer à cette vitesse. Une conclusion similaire à celle à laquelle sont arrivés des scientifiques en étudiant la morphologie du T. rex. Source : http://www.rvc.ac.uk/SML/Projects/TRex/JurassicPark.cfm

Au final, si on se focalise sur le T. rex au cours de cette scène on se rend compte qu'il se déplace lentement ( < 15 mph), l'impression de vitesse n'est dûe qu'au montage.

 

Souvenirs du passé

Grant et les enfants entendent les rugissements du T-Rex pourchassant la Jeep de Muldoon. Alan décide de passer la nuit à l’abri, en hauteur. Ils grimpent donc dans un énorme arbre et, après s’être installé entre les branches, aperçoivent au loin des brachiosaures qui « chantent ». Grant imite leur chant et les animaux lui répondent et s’approchent, au grand désespoir de Lex, terrorisée. Grant s’assied et les enfants viennent près de lui. Ils sort de sa poche sa griffe de raptor.

- « Qu’est-ce que vous allez faire si vous ne fouillez plus pour retrouver des ossements ? » lui demande Lex.

- « Je n’en sais rien, je pense que nous devons évoluer nous aussi. »

- Comment on appelle un dinosaure aveugle ? » fait Tim.
- « Je ne sais pas comment on appelle un dinosaure aveugle.
- Un T’es-miro-saure. Et comment on appelle un chien de dinosaure aveugle ?
- Je donne ma langue au chien.
- Un T’es-miro-saure Rex.
- Alan?
- Oui.
- Et si les dinosaures reviennent pendant qu’on dort ? » s’inquiète Lex.
- « Eh bien je vais rester éveillé.
- Toute la nuit ?
- Toute la nuit. »

Les enfants s’endorment et Grant jette sa griffe de vélociraptor. Dans la salle à manger du Centre des Visiteurs, Hammond est assis à une table et mange des glaces. Du fond de la salle, à proximité d’un étalage de produits dérivés estampillés Jurassic Park, Ellie l’observe. Elle se décide à aller s’asseoir à sa table.

- « Elles étaient en train de fondre. » fait le vieil homme en montrant les glaces.
- « Malcolm ça va pour l’instant, je lui ai fait une piqûre de morphine.
- Ça ira pour tout le monde. Qui mieux qu’un spécialiste des dinosaures peut guider des enfants dans Jurassic Park ? »

Il marque une pause puis reprend.

- « Vous savez quelle a été la première attraction que j’ai présenté lorsque je suis arrivé d’Ecosse ? Un cirque de puces, à Petticoat Lane. C’était vraiment merveilleux, on avait un tout petit trapèze, et un manège, un carrousel et une balançoire. Tout bougeait, c’était motorisé bien sûr, mais le public avait l’impression de voir les puces. « Oh je vois les puces ! Maman tu vois pas les puces ? » Des puces clowns, des puces funambules, la Grande Parade ! … Mais avec ce Parc, je voulais montrer quelque chose qui ne soit pas une illusion, quelque chose de réel. Quelque chose qu’ils puissent voir, et toucher, qui trouve sa réussite dans son mérite.
- Mais il ne suffit pas de concevoir ce genre de projet John, il faut le vivre.
- Vous avez raison, absolument raison. Engager Nedry était une erreur, nous sommes trop dépendants de l’automatisation, je m’en rend compte maintenant. Mais la prochaine fois, tout peut-être amélioré.
- John !
- La création est un acte de pure volonté ! Ce sera parfait la prochaine fois !
- C’est toujours le cirque de puces ! Ce n’est qu’une illusion !
- Lorsque nous reprendrons le contrôle…
- Jamais vous n’avez eu le contrôle ! C’est ça l’illusion ! J’ai été emballée par le pouvoir de ce Parc, mais j’ai commis une erreur moi aussi. Je n’ai pas eu assez de respect pour ce pouvoir, et il nous a échappé maintenant ! » Elle se met à sangloter « John, il n’y a qu’une chose qui compte : sauver les êtres qu’on aime, Alan et Lex et Tim. John, là où ils sont ils risquent la mort. » Elle prend de la glace « C’est bon.

- J’ai dépensé sans compter. »

Une ballade dans le parc

Au petit matin, Grant et les enfants sont réveillés par un brachiosaure qui broute les feuilles de l’arbre. Tim tente de rassurer sa sœur, terrorisée une fois de plus, en lui expliquant que c’est un « végétosaure ». Alan tend une branche à l’animal. Celui-ci l’attrape et essaie de l’arracher mais Grant tire de son côté pour amener vers lui la tête du dinosaure pour le caresser.

 

Lex finit par approcher sa main de l’animal, mais celui-ci et éternue et la fillette se retrouve couverte de crachat verdâtre.

- « A tes souhaits ! » se moque Tim.

Une fois descendus, ils se mettent en route vers le centre des visiteurs.

- « Ouais, super ! Maintenant elle ne voudra plus jamais rien faire d’autre. Elle restera assise dans sa chambre, sans sortir, à pianoter devant son ordinateur.

- Je suis une micromaniaque !

- C’est bien ce que je disais, t’es nulle ! »

Entre les racines d’un arbre, Grant trouve des coquilles d’œufs, d’après la taille et l’aspect ce sont des œufs de dinosaure. Les dinosaures se reproduisent ! Mais comment est-ce possible ? En réfléchissant, Grant trouve une solution. Dans le petit film, Monsieur ADN expliquait que quand le génôme est incomplet, ils complètent les séquences avec de l’ADN de grenouille. Or, certaines grenouilles d’Afrique Occidentale, possèdent la faculté de changer de sexe dans un milieu composé exclusivement du même sexe. Le génome de ces grenouilles a transmis cette faculté aux dinosaures. Près des œufs éclos, on voit de petites traces de pas s’éloigner du nid.

- « Malcolm avait raison, la vie a trouvé son chemin. »

Dans la salle de contrôle, Hammond, Muldoon, Arnold, Malcolm et Ellie cherchent une solution pour reprendre le contrôle du parc. Hammond veut couper tout le système, selon lui tout reviendra au mode de démarrage, et c’est le seul moyen d’effacer ce qu’a fait Nedry. Mais Arnold n’est pas d’accord, il n’est pas sûr que ça marche et a peur d’empirer la situation.

Muldoon propose alors la « solution Lysine ». Mais Hammond s’y oppose catégoriquement.

Arnold explique a Ellie que la solution lysine a été conçue pour éviter que les animaux se répandent dans la nature si jamais ils sortaient de l’île. Le Professeur Wu a introduit un gène incomplet qui ne produit pas l’acide aminé appelé lysine. Si on ne les alimente pas en lysine, les animaux meurent. Hammond ordonne alors de couper le système. Arnold ouvre une armoire et abaisse trois leviers plus le levier principal. Tout s’éteint.

- « Attachez vos ceintures ! »

L’ingénieur réenclenche le levier principal : rien ne se passe… Excepté dans le coin en bas à gauche de l’écran de Nedry, une inscription apparaît : SYSTEM READY

- « ça a marché !

- Attendez, qu’est-ce que vous entendez par « ça a marché ! » ? Tout es encore éteint. » s’étonne Malcolm.

- « La coupure a probablement fait sauter quelques disjoncteurs, il suffit d’aller les réenclencher, mais ça a marché, le système est prêt. »

Arnold part relancer les disjoncteurs dans la remise, de l’autre côté de l’enceinte. Selon lui, dans 3 minutes le courant sera rétabli dans tout le parc. Hammond fait descendre tout le monde dans le bunker jusqu’à ce que Arnold revienne et que le système refonctionne.

 

Grant et les enfants traversent une prairie. Tim se plaint de la chaleur, et Grant l’encourage en lui disant que le centre des visiteurs est à moins de 2 kilomètres. Alors qu’ils arrivent au sommet d’une petite colline, un troupeau de dinosaures ressemblant à des poules de 3 mètres de haut, sans plumes, arrive vers eux. Tim reconnaît des Gallimimus.

Grant est frappé de ce que leur déplacement ressemble a un vol d’oiseau fuyant un prédateur.

- « Ils volent par ici » s’inquiète Tim.

Les trois marcheurs partent en courant, bientôt rattrapés par les dinosaures qui courent à leurs côtés. Ils sautent par dessus un arbre mort et se cachent en-dessous. Ils voient alors surgir de la forêt, le Tyrannosaure, qui attrape un des gallimimus et se met à le manger. Grant et Lex s’en vont discrètement, mais Tim fasciné par le sang reste sur place. Alan est obligé de revenir le chercher.

Dans le bunker, Ellie s’inquiète que Arnold ne revienne pas. Elle et Muldoon partent à sa recherche, armés d’un fusil à pompe et d’un Talkie-walkie. Après avoir insisté pour y aller à la place de la jeune femme, Hammond se résigne a rester dans le bunker avec Malcolm et à les guider à l’aide d’un plan.

 

Acrobaties électriques

Muldoon et Ellie sortent du bunker. Ils avancent sur la terre battue, tout semble tranquille. Ils tournent machinalement la tête vers l’enclos des raptors et découvrent avec effroi, la clôture lacérée. Muldoon se penche sur le sol pour examiner les traces qui se dirigent vers la jungle.

- « La clôture ne fonctionne plus depuis la coupure ! Bon sang, même Nedry savait qu’il ne fallait pas toucher à l’enclos des raptors ! »

Ellie aperçoit la remise, à une trentaine de mètres.

- « On peut y arriver en courant.
- Non, on ne peut pas.
- Pourquoi ?
- Parce qu’on nous a pris en chasse. »

Muldoon a repéré un raptor, il couvre Ellie qui coure jusqu’à la remise.
A l’intérieur, elle appelle Arnold mais n’obtient pas de réponse. Hammond commence à la guider par talkie.

Grant et les enfants arrivent à la clôture d’enceinte du parc. Le paléontologue vérifie qu’il n’y a pas de courant et fait semblant de s’électrocuter, ce qui ne fait pas du tout rire Lex. Alors que Alan essaient de passer à travers, ils entendent derrière eux le rugissement du tyrannosaure. Tous trois se précipitent vers la clôture et commencent à l’escalader.
Dans la remise, Ellie arrive dans un cul de sac ; hammond s’est perdu dans les plans. Malcolm prend les choses en main et conseille à la jeune femme de suivre les tuyaux au dessus d’elle.
Tandis que les trois équilibristes parviennent au sommet de la clôture et l’enjambent, Ellie arrive dans le local Haute Tension. Elle amorce l’interrupteur général, et une fois qu’il est chargé, appuie sur un bouton comme le lui indique Hammond.
Sur la clôture, une alarme retentit et les lumières orange et bleue se mettent à clignoter. Tim est toujours suspendu aux câbles et son vertige l’empêche de descendre vite.
Ellie enclenche les différents systèmes un par un : centre des visiteurs, salle de contrôle…
Voyant que le courant va revenir, Grant dit à Tim de sauter, mais le garçon n’ose pas.

Ellie continue à remettre en marche les circuits électriques : enclos des raptors, enclos du T-Rex…

Grant décide de monter chercher Tim, mais celui-ci décide de sauter, à 3. 1…

Ellie enclenche l’enceinte du parc.

2… des étincelles sont projetées là où sont posées les mains de Tim, et le jeune garçon est éjecté. Grant le rattrape et le dépose sur le sol. Il ne respire plus.

Dans la remise, toutes les lumières se rallument.

- « Mr Hammond, ça y est les affaires reprennent ! »

Velociraptors

Une tête de raptor surgit de l’enchevêtrement de tuyaux juste derrière Ellie.
La jeune femme referme précipitamment la grille délimitant le local Haute Tension. Elle s’appuie contre un mur pour reprendre son souffle et sent la main d’Arnold se poser sur son épaule. Elle se retourne et se rend compte avec horreur qu’elle a dans les mains le bras arraché de l’ingénieur. terrifiée, voyant que le raptor commence à déchirer la grille, elle s’enfuit, traînant derrière elle sa lampe et son talkie.
Elle sort de la remise et claque la porte derrière elle. Le raptor est enfermé.

Pendant ce temps, Muldoon est à l’affut d’un autre raptor. Il pose son chapeau, prépare lentement son fusil, met l’animal en joue et s’apprête, à tirer. Au dernier moment, un autre raptor surgit sur son côté gauche, la gueule à quelques centimètres de son visage.

- « Petite fûtée ! » souffle-t-il.

Mais il n’a pas le temps de re-épauler son fusil, l’animal se jette sur lui.



Grant parvient à ranimer Tim, et avec Lex, ils regagnent sans encombre le centre des visiteurs part à la recherche des autres. Il retrouve Ellie à l’extérieur.

Dans la salle à manger, le enfants profitent du buffet. Soudain Lex s’arrête, terrifiée, elle vient d’apercevoir l’ombre d’un raptor sur le mur face à elle. La fillette entraîne son frêre dans la cuisine et tout deux se cachent derrière une table. Mais le raptor les a suivi et essaie d’entrer.
Ellie a conduit Grant dans le bunker, où ils retrouvent Malcolm et Hammond. Le paléontologue s’arme d’un fusil pour aller chercher les enfants après qu’Ellie lui ait annoncé que les raptors sont en liberté. Mais elle affirme en avoir enfermé un dans la remise, celui-là ne les attaquera pas.
- « Sauf s’il sait ouvrir les portes. »

Le raptor a posé sa patte sur la poignée de la porte de la cuisine, celle-ci s’ouvre et l’animal la pousse pour entrer. Il se dresse sur ses pattes arrières et se met à pousser une série de cris rauque, arrive alors un second raptor.

Les enfants se déplacent à 4 pattes, pour s’éloigner des animaux. Un des raptors bouscule avec sa queue une pile de casseroles, qui se renverse sur Lex. Les deux enfants s’enfuient et vont se réfugier derrière un autre meuble. Mais, une louche suspendue à ce même meuble, tombe sur le sol, révélant leur présence aux prédateurs qui se retournent brusquement et se dirigent vers le bruit. Tim, tétanisé, ne peut plus bouger. Lex les attire vers elle en faisant du bruit. Elle se cache dans un four mais n’arrive pas à refermer la porte. Un des raptors la voit, charge et se cogne la tête dans un meuble ; il n’avait vu que le reflet de Lex. La fillette profitant que le raptor soit sonné, sort du four. Tim parvient à attirer l’autre raptor dans la chambre froide, Lex vient à son aide, et tout deux parviennent à refermer la porte. Ils sortent en courant de la cuisine, sous les yeux du raptor groggy qui commence à se remettre de son choc.

Les enfants retrouvent Grant et Ellie dans la salle à manger. Ils partent tous les quatre, se réfugier dans la salle de contrôle. Mais le raptor les a suivi, et il sait désormais ouvrir les portes. Pendant que les deux adultes pèsent de tout leur poids pour l’empêcher d’entrer, lex s’installe à l’ordinateur de Nedry et parvient à verrouiller les portes du bâtiment.
Grant se précipite vers la fillette :

- « Qu’est-ce qui fonctionne ?
- Système de sécurité et téléphone, suffit de demander ! »
Grant prend le combiné. Dans le bunker, Hammond et Malcolm entendent le téléphone sonner. Le vieil homme décroche :

- « Grant ?
- Monsieur Hammond, les téléphones marchent.
- Les enfants n’ont rien ?
- Les enfants vont bien. Appelez la côte, dites leur d’envoyer les hélicoptères. »

Hammond entend soudain des bruits de verre et des cris.

- « Il va passer à travers la vitre ! »

Puis des coups de feu.

- « Grant ! »

Le paléontologue installe un escabeau, et tous montent dans le faux plafond.
Le raptor saute sur une table mais ne sait pas comment réagir voyant ses proies s’enfuir par le toit. Les quatre avancent vers un conduit d’aération. Soudain, le raptor donne un coup de tête dans le plafond. Une des plaques se détache, Lex tombe et se rattrape au rebord. Grant la remonte juste à temps, la mâchoire de l’animal se referme à quelques centimètres de la jambe de la fillette.

Commentaire :

Cette scène comporte un plan rapide montrant le velociraptor sur lequel est projetée une séquence de nucléotides GATC. Comme beaucoup de plans à première vue inutiles, il a sans doute une symbolique particulière. L'interprétation la plus en vogue l'associe au mythe du Golem, créature faite de terre et de boue (dans ce cas, les fossiles et l'ambre issus de la terre) et animée en inscrivant sur son front le mot "VIE" (ici la séquence d'ADN en surimpression sur la peau du raptor). Comme dans la légende, conçu pour servir les intérêts de son créateur, le monstre se retourne contre lui.

 

Quand les dinosaures régnaient sur la Terre

Le conduit débouche au dessus du hall, les fuyards descendent par les échafaudages, mais le raptor les attend sur un balcon. Ils arrivent sur le squelette d’alamosaure mais le raptor prenant son élan, saute dessus. Le squelette se disloque et chjacun essaie tant bienque mal de se retenir à quelque chose. Tim saute sur le sol, bientôt rejoint par les autres qui tombent. Tous se relèvent, le raptor également. Un second raptor arrive par l’autre côté. Les fuyards sont encerclés. Alors que l’un des prédateurs s’apprête à leur sauter dessus, il est arraché du sol par une énorme mâchoire ; le tyrannosaure. L’autre raptor se jette sur le nouvel arrivant, et les humains en profitent pour sortir du bâtiment. Ils retrouvent Malcolm et Hammond qui arrivent en Jeep.

- « Monsieur Hammond, » fait Grant « Après avoir attentivement étudié la question, j’ai décidé de ne pas avaliser votre parc !

- Moi non plus. » répond le vieil homme.

A l’intérieur, le tyrannosaure finit par attraper le dernier raptor. Il le secoue violemment et l’envoie voler, brisant au passage le squelette de T-Rex. L’animal pousse alors un long rugissement tandis que tombe sur le sol une banderole sur laquelle il est inscrit : QUAND LES DINOSAURES REGNAIENT SUR LA TERRE.


Les rescapés rejoignent l’hélipad et montent dans l’appareil qui les attend. Hammond debout contemple son île, alors que l’on entend des mugissements de brachiosaures. Grant vient le chercher et l’entraîne vers l’hélicoptère.

Alors qu’ils survolent l’île, Hammond effondré contemple le pommeau de sa canne, contenant un moustique fossilisé. Les enfants dorment sur l’épaule d’Alan, ce qui fait sourire Ellie.
Au dessus de la mer, cinq pélican accompagnent l’hélicoptère qui se dirige vers le soleil couchant...

Ce contenu vous a intéressé? Partagez-le :


Votre avis sur cette page