Le livre Le Monde Perdu

 

Résumé

Quelques années après "l'incident InGen", ce qui s'est passé sur Isla Nubler reste inconnu du grand public. D'étranges carcasses d'animaux échouées sur les plages du Costa Rica vont conduire le paléontologue Richard Levine à monter une expédition pour explorer une île nommée Isla Sorna qu'il pense être à l'origine de ces "formes aberrantes". 

 

Genèse

Dans la bibliographie de Crichton Le Monde Perdu est la seule "suite". L'auteur raconte qu'il n'avait à l'origine pas l'intention de l'écrire mais suite au succès phénoménal du film, les gens lui exposaient continuellement leur vision de la suite de l'histoire. A force de leur répondre que les choses ne se passeraient sans doute pas comme ils le voyaient, il s'est mis lui-même à se demander ce qui ferait une bonne suite, et de fil en aiguille, probablement encouragé par la volonté de Universal de mettre en chantier un second film, il s'est attelé à l'écriture. Cela explique les mutiples dei ex machina du début du livre pour tenter de se raccrocher à la fin du premier qui n'appelait aucune suite.

Ainsi confronté pour la première fois à une problématique qu'il définit lui-même comme "faire la même chose différemment", Crichton prit le parti de s'opposer à Jurassic Park en axant le background scientifique du livre sur des thèmes macroscopiques: la dynamique des populations et l'extinction là où Jurassic Park se focalisait sur le microscopique, la génétique et l'ADN.

Le titre reprend celui de l'oeuvre de Conan Doyle datant de 1912 qui raconte l'histoire d'un scientifique partant à la recherche d'une région située en Amérique du Sud et sensée être peuplée de dinosaures. De l'aveu de Crichton, l'histoire n'est pas exceptionnelle mais le titre a une puissance évocatrice phénoménale et le pitch est très proche de celle qu'il voulait raconter. Il a parsemé son livre de petite allusions à l'oeuvre de Conan Doyle, (le véhicule Challenger, le personnage tertiare John Roxton) L'auteur cite également une autre référence à Conan Doyle lorsqu'il s'agit de légitimer la résurrection du personnage de Ian Malcolm : Sherlock Holmes et les chutes du Reichenbach.

 Il fait d'ailleurs de ce retour une nécessité sur le plan narratif : J'avais besoin que Ian Malcolm revienne car il est le commentateur ironique, celui qui donne son avis sur ce qui est en train de se passer à l'intérieur même de l'histoire.

La seconde partie du livre aborde la thématique d'une catastrophe écologique à l'échelle de l'île. Un choix qui peut surprendre quand on sait que, quelques années plus tard, Crichton prendra position contre ce qu'il considère comme l'hypocrisie de la cause écologiste, à travers son livre Etat d'Urgence et par un engagement politique qui le conduira à plaider ce point de vue devant le Sénat américain.

 

Sources

Michael Crichton talks The Lost World w/ Charlie Rose (1995) :  https://www.youtube.com/watch?v=9QXota4sh7Q

Site officiel de Michael Crichton : http://www.michaelcrichton.com/the-lost-world/

Ce contenu vous a intéressé? Partagez-le :


Votre avis sur cette page